marche-de-la-plaine-marseille

Marché de la Plaine : Tout Marseille rassemblé dans un marché

Pour le 2ème épisode de notre série de l’été consacrée aux marchés marseillais on vous invite à nous suivre Place Jean Jaurès où se tient trois fois par semaine un marché “trouve tout” fait de petits producteurs de fruits, de légumes, des camelots en tout genre, de bidon de lessive à 1 euro … vous ne voyez pas de quel marché il s’agit?

Sans doute est-ce la dénomination de  Place Jean Jaurès qui vous laisse dubitatif ?! Par contre si on vous dit qu’on vous embarque à la découverte du Marché de la Plaine, là tout de suite vous êtes dans l’ambiance de ce marché convivial et mouvementé à l’image de son quartier et de Marseille.

C’est parti on monte à la Plaine …

On monte à la Plaine ??? Et bien oui, parce qu’à Marseille on n’est pas à une contradiction prêt, la Plaine domine ! Et ce depuis qu’une mauvaise traduction du Provençal semble être passée par là. Autrefois appelé “Plan Saint Michel” du nom d’une chapelle située là, le parler marseillais a transformé “plan” non en “plateau” mais en “plaine” !

Et si les noms officiels se sont multipliés :  Place Saint Michel,  puis Place de la Constitution à la Révolution, puis Place Jean Jaurès a partir de 1919, à nouveau Place Saint Michel sous l’Occupation, puis à nouveau encore Place du leader socialiste à la Libération… C’est finalement la tradition orale populaire qui l’a emportée !  la Plaine est restée !

Aux origines : Plan des manoeuvres militaires et des honneurs

Au 13ème siècle, le “Plan Saint Michel” est un Champ de Mars où les Croisés embarquant à Marseille en attente de leur départ pour les Croisades, s’occupent en organisant des joutes et des tournois.

En plus des manoeuvres militaires, le Plan Saint Michel est également un lieu d’accueil des monarques en visite à Marseille. Ainsi en 1516, François 1er de retour de la bataille de Marignan y passe. Plus tard, Charles IX puis Louis XIII y recevront les honneurs.

19ème – 20ème  : Une place où il fait bon vivre

Il faudra attendre le 18ème siècle pour que des immeubles viennent border le plan et qu’il devienne la PLACE Saint Michel. L’urbanisation tel que nous la connaissons, aujourd’hui, date du 19ème :

  • avec ces fameuses maisons dites “trois fenêtres” : trois étages sur rez-de-chaussée, chacun composé de trois fenêtres, un modèle d’habitat typiquement marseillais.
  •  le terre-plein central végétal …  Seule différence notable, et pas des moindres nous direz-vous ; à la place du parking actuel on trouve un étang avec des barquettes à la location pour en faire le tour.

La Plaine - Marseille

On assiste peu à peu à la naissance d’une place ouverte, assez bourgeoises où il fait bon vivre. Les gens ont plaisir à venir s’y balader, s’y retrouver, s’y rafraichir dans les établissements alentours.

 la plaine, déjà une place de marché … 

Marché la Plaine - Marseille

 

 

Non visible sur les cartes postales de l’époque, il est pourtant déjà bel et bien là ce marché emblématique de Marseille.  Et à cette époque, il ne s’agit pas  que d’un simple marché de détails, mais aussi d’un marché de gros, présent sur la place de minuit à 8h.  Y sont proposées les productions locales arrivées avec les chevaux ou les ânes. (Au Cours Julien on trouve les produits arrivés de plus loin par train ou par bateau.)

 

 

La Plaine ne dort donc jamais :

  • la nuit : le marché de gros avec son ambiance si particulière.  Une ambiance de halles avec des bars qui ne ferment jamais et proposent des pieds- paquets même à 5h du matin,
  • le matin : le marché de détail et ses crieuses,
  • l’après-midi : les siestes à l’ombre des platanes, les promenades des mères et de leurs landeaux.

Années 70 – 80 : c’est la crise à la Plaine ! 

Fin des festivités, lorsque le marché de gros – dans les années 70 – déménage aux Arnavaux…

C’est le début d’une période de crise pour la Plaine qui se vide de sa substance. Les locaux commerciaux tirent leurs rideaux. Les bourgeois négociant, qui habitaient sur la place, quittent le quartier. Les établissements culturels tel que le salon Pélissier, ou le cinéma Chave ferment pour être transformés en bâtiments résidentiels. Le quartier devient silencieux et connait (comme tout Marseille) la dureté des années 80.

Il faudra attendre la années 90 pour que la Plaine contre-attaque et renaissent de ses cendres.  Les anciens locaux maraichers et leurs caves sont alors récupérés et deviennent des bars, des salles de concert, des lieux culturels alternatifs. C’est ici que Massilia Sound System ou encore IAM débutent.

Le quartier renait petit à petit et renoue avec son héritage populaire et culturel.

Et aujourd’hui alors ?

Place Jean Jaurès - La Plaine - Marseille

Aujourd’hui la place du marché est au centre d’un vaste projet de requalification, comme Marseille en entreprend beaucoup depuis les années 2000.

Si personne n’est contre le projet d’embellissement de la place et de la part belle qui est prévue à la piétionnisation et à l’éclairage public,  il sont cependant nombreux à craindre (à terme) une gentrification et une perte d’identité du quartier. Il faut dire que “le marché provençal de qualité” de 190 forains (contre 300 aujourd’hui) annoncé dans le projet est bien loin du “marché supermarché à ciel ouvert” actuellement en vigueur…

 

Une visite de la Plaine vous tente avec un de nos guides ? N’hésitez pas à nous contacter 

Vous souhaitez continuer votre découverte des marchés marseillais emblématiques ?  C’est par ici dans notre sérié de l’été 2018!

Belles lectures et bel été

 

 

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*