Opéra Municipal de Marseille Pont des arts

Les secrets de l’Opéra de Marseille

À deux pas du Vieux Port et à côté du quartier de Noailles, l’Opéra Municipal de Marseille se situe en centre ville, au sein du 1er arrondissement. Cet édifice de style néo-classique inauguré en 1787 semble intact a priori…il a pourtant été ravagé par les flammes dans le passé. Les travaux qui ont suivi sa reconstruction lui ont permis de devenir le site incontournable du mouvement Art Déco à Marseille.

Pour tout savoir sur l’histoire de ce théâtre exceptionnel, suivez le guide !

L’ancien “Grand Théâtre”

La première pierre des travaux de construction de ce bâtiment fut posée par De La Tour en juillet 1786, à l’époque intendant en Provence. Ce projet de construction, mené par l’architecte Charles Joachim Bénard, aboutira au Grand Théâtre. Il fut inauguré inauguré en 1787 en présence du Maréchal Prince gouverneur de Provence, qui était à l’initiative du projet. La troupe personnelle du prince y joua la première représentation à l’occasion de son inauguration.

Opéra Municipal de Marseille

Marseille fut la deuxième ville de France, après Bordeaux, à inaugurer son opéra. Un bâtiment prestigieux, doté d’une architecture digne de son époque.

L’incendie de 1919

Le 13 novembre 1919, lors de la répétition de la pièce de théatre “L’Africaine” (de Giacomo Meyebeer) un incendie ravage le site. Les flammes n’émargeront que quelques éléments du bâtiment : le péristyle et les colonnades. A l’intérieur, seule la grande frise d’Antoine Bourdelle fut intacte.

Marseille Opera - Pont des arts

Le projet de restauration

La mairie lance un appel à projet en 1920, n’ayant malheureusement pas abouti. Ce n’est que l’année suivante qu’un projet est lancé : celui de l’architecte Gaston Castel, accompagné d’Henri Ebrard et de George Raymond. Tout un collectif d’architectes et d’artistes sont alors chargés de la reconstruction. Pour en citer quelques uns : Sartorio, Eichaker, Raybaud, Varenne, Henry de Groux, Jean Jullien, Louis Audibert, Mathieu de Verdilhann, Barthélémy, Augustin Carrera, Antoine Bourdelle.

Opéra de Marseille

La reconstruction dure en tout 3 ans et demi, avec une certaine liberté donnée à l’équipe sur l’aménagement et la décoration du site.

L’architecture

La large façade reste de style néo-grec, soutenue par les six colonnes ioniques et ornée d’un attique décoré de quatre bas-reliefs créés par Antoine Sartorio.

Marseille Opéra Municipal

Grand sculpteur de son époque, il est à l’origine de multiples façades et frises de bâtiments et autres ouvrages d’art de l’Etat. Pareillement à son travail pour l’Opéra, Il a réalisé d’autres créations dans la ville de Marseille (éléments extérieurs du Palais de Justice, Murs extérieurs des Beaumettes, frise dans la cour du lycée Perrier, etc).

Cet attique y représente Aphrodite, Apollon, Pallas et Dionysos. Sur la corniche au sommet de la façade est inscrit “L’Art reçoit la Beauté d’Aphrodite, le Rythme d’Apollon, l’Équilibre de Pallas et doit à Dionysos le mouvement et la vie.”.

Opéra de Marseille - Pont des arts

 

Un portail aux grilles ouvragées entoure l’Opéra (ornements aux formes de fruits comme ci-dessus). Quatre bas-reliefs en bronze ornent les grilles, symbolisant la danse et la musique.

Opéra municipal de Marseille

 

A l’intérieur du théâtre, les décors des années 20 sont somptueux et soulignent le fait que ce lieu soit la plus grande salle de style Art Déco en France.

La salle

Dès l’entrée, cohabitent les dorures et fastes de ce mouvement artistique. Un groupe de vingt artistes locaux a effectué l’ensemble des peintures et des ferronneries intérieures. Cette décoration abondante et délicate donne un effet luxueux, magique en soirée !
La salle est dotée d’un orchestre à niveau de scène, de deux balcons aux premier et deuxième étage. Des baignoires sont situées de chaque côté. Enfin, un immense amphithéâtre ouvre l’espace. Gaston Castel avait visualisé une salle aérée, proposant trois étages dépourvus de piliers pour le soutient afin de maximiser l’espace.

Le plafond représentant Phoebus avait été réalisé par Augustin Carrera. Malheureusement une partie du décor s’écroula en 1969, lors d’une nuit de novembre, à la suite d’une représentation d’Othello. Aujourd’hui, seule une frise de lumières entourant le plafond fait office de lustre pour éclairer suffisamment la salle. Le plafond a été restauré mais pas décoré.

Un magnifique bas-relief de 12 mètres de long d’Antoine Bourdelle encadre la scène. Cette oeuvre conte la Naissance de la Beauté, avec Aphrodite au centre. Elle fut réalisé en stuc puis peinte en rouge avec des touches de couleur or ressortant du fond.

En 1945, l’Opéra est directement géré par la ville de Marseille. Ensuite, en 1997, il sera classé au titre des Monuments Historiques.

L’Opéra de Marseille est l’une des plus grandes scènes françaises. De stature internationale, son offre est variée pour le plus grand bonheur du public. Ainsi il propose des oeuvres lyriques du grand répertoire aux opéras peu joués ou peu connus. De plus, des concerts symphoniques ou de musique de chambre sont joués. Le ballet national de Marseille y réalise également de très belles représentations.

Pour tout savoir sur la programmation, c’est ici.

Si vous souhaitez visiter l’architecture extérieure de l’Opéra en prolongement d’une visite du quartier, n’hésitez pas à nous contacter.

Pont des arts vous souhaite de belles découvertes !

 

One Comment

  1. Pingback: Marseille : la Corniche Kennedy et sa Porte d'Orient - Nos bords de mer

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*